Cultiver le safran

Le 27 avril 2019

Compte tenu du prix au kilo du safran, faire pousser et récolter l’épice chez soi est une solution alternative plutôt avantageuse. Suivez bien les étapes de culture pour profiter d’une production fructueuse !

Découvrir ses vertus

Caractéristiques culturales

exposition ensoleillé

Exposition

Ensoleillé

type de terre

Terrain

Bien drainé, sol léger

climat tempéré

Climat

Tempéré

parasite

Parasites

Mulot, campagnol, lapin, champignons

comestible

Comestible

Oui

besoin en eau

Besoin en eau

Très peu voire jamais



Nature du sol

La nature et la situation du sol sont très importantes pour le développement de la plante. La fleur productrice de safran aime les sols bien drainés.

Son PH doit être compris entre 6 et 8. Il faudra donc éviter les terres argileuses et lourdes.

Pour de petites surfaces comme dans un potager il est possible de corriger le PH de la terre par des apports de sable, terreau ou tourbe.

La « safranière » doit être implantée dans un endroit ensoleillé y compris à l’automne au moment de la floraison.

Préparation du sol

Préparez le sol en bêchant sur 20 cm de profondeur environ puis ajoutez du fumier ou du compost.

Enterrez les bulbes de 10 à 15 cm de profondeur en les espaçant de 10 cm dans les deux sens. Il n’est pas nécessaire d’arroser les plantations.

pistil rouge fleur mauve

Les bulbes se multiplient d’année en année : pour un bulbe planté on obtient environ 5 bulbes au bout de 3 ans.

ATTENTION : les mulots et campagnols sont très friands des bulbes. Les lapins quant à eux adorent les feuilles et les fleurs…
Prenez garde également aux champignons qui s’attaquent aux bulbes et qui sont difficiles à traiter. Ils peuvent apparaître au bout de trois ans après la plantation. Conseil : changez les plantes de place avant qu’ils apparaissent.

Plantation

Plantez les bulbes de juillet à mi-septembre, la floraison a lieu en octobre. Les feuilles poussent après la floraison et sèchent en mai.




La récolte

Vous pouvez récolter de deux façons:

1. Dans le cas d’un petit nombre de fleurs, on peut laisser la fleur en place et extraire uniquement les 3 filaments rouges du pistil à l’aide d’une pince à épiler. Cette opération s’appelle l’émondage.

2. Pour des grandes quantités il est préférable de cueillir les fleurs afin de récupérer les pistils tout de suite après la récolte. Les étamines jaunes et les pétales violets n’ont pas d’utilisation.


Le séchage

Le séchage peut se faire en déposant les pistils sur un tamis dans un environnement bien aéré. À l’issue du séchage, les filaments sont très légers et cassants.

Le safran frais même séché n’a que très peu de goût. Il est recommandé de le conserver dans un petit bocal hermétique à l’abri de la lumière au moins un mois avant consommation.

Pendant les deux années qui suivent le safran garde la plupart de ses qualités gustatives.

À savoir : Il faut 150 fleurs environ pour obtenir 1 gramme de safran sec.